Epiphanie Dionrang – Fanny’s D’or (artiste invitée)

Diplomée en gestion de projet et entrepreneuse, Epiphanie Dionrang alias Fanny’s D’or dècouvert sa passion pour l’art depuis son adolescence. L’an 2016 fut le debut de sa carriere dans le slam quand elle participe à la 3° èdition de “Ndjam s’enflamme”. Elle a ensuite enchainée scéne après scène, en 2017 à Dakar pour “Vendredi Slam”, en 2018 à “Babi Slam” en Côte d’Ivoire et encore au Tchad en plusieurs festivals, ainsi que en participant à projets culturels et socials à la télévision. Elle est Membre du bureau de YALI Chad, Co-presidente d’organisation de l’initiative #YALIROSE, Membre de Global Shapers N’djamena Hub et Chargée de projet de Athena Model Agency


Ça ne doit pas être facile pour une femme d’être une slameuse au Tchad.  Jusqu’à là, il y en a très peu. Epiphanie Dionrangest sortie du lot en étant la premiere représentante du slam féminin dans ce Pays. Elle n’est pas seulement une artiste, mais aussi une jeune entrepreneure engagée dans des activités et projets sociaux, ainsi que coanimatrice dans une émission radio.

Après trois ans depuis son début dans ce domaine artistique elle n’est toutefois plus seule: à son côté l’on trouve aujourd’hui d’autres artistes du slam feminin au Tchad telles que Gralaguele ou Djemi la slameuse, bien que la scène poétique tchadienne soit encore dans un état embryonnaire, mais on se bat pour dénicher d’autre talents feminine. Elle a commencé parce qu’elle voulait “Laisser parler mon cœur, émouvoir d’autre personne à travers ma plume, et dire haut ce que les autres pensent tout bas, grâce à mon art.

L’intérêt envers le slam croise le désir d’émancipation des femmes, dans un contexte social difficile tel que celui du Tchad. Elle même nous raconte que “la société considère la femme une personne qui doit rester soumise sans pratiquer aucun métier. Dans plusieurs pays africains, elle est souvent marginalisée,  même si aujourd’hui l’on perçoit une tendance à l’égalité de genre. Il s’agit des premières étapes d’une affirmation qui va exiger des sacrifices énormes et un engagement de la part de tout le monde. Les femmes n’ont pas le même droit à la scolarisation ni à des postes de responsabilité. Nous essayons de nous rendre autonomes, de nous valoriser, et de vaincre les discriminations dans le domaine de l’instruction ou du travail. Avec notre art nous, les slameuses, on essaie de briser les idéologies qui nous prétendent encore ‘sexe faible’

Sa recherche d’une transformation sociale ne passe pas seulement par l’art, mais aussi par des actions directes: elle a fondé en effet un centre de formation professionnelle pour des femmes en difficulté et des mères célibataires: “c’est un projet social à long terme qui vise à réduire le taux de prostitution féminine au Tchad et précisément à N’Djamena, ainsi qu’à les rendre autonomes ou indépendentes en apprenant de petits métiers qui puissent générer un revenu de subsistance.”

À la radioRadio Oxygéne – Epiphanie collabore chaque semaine à l’animation d’une émission intitulée “Slam et Poésie”. En ce qui concerne la scène artistique de son Pays, elle nous dit qu’il y a encore beaucoup à faire: “Les opportunités de rencontre pour l’art et les spectacles sont presque nulles, elle sont rares et insuffisantes. Elles sont toutes mises en place par une poignée de personnes qui utilisent leurs propres ressources financières parvenant à des résultats très modestes.

Cependant elle est forte et participe à des événements même en dehors de son Pays. Elle a déclamé par exemple à Dakar, au Sénégal, pour l’événement “Vendredi de slam”, et en Côte d’Ivoire au festival international “Babi slam”. D’autres poétesses lui ont manifesté leur solidarité – elle en a rencontré beaucoup aux Festivals, elle est entré en contact avec d’autres grâce aux réseaux virtuels, en partageant toujours la passion qui les anime toutes.

À ses soeurs, qu’elle appelle Sist’Arts, y compris les poétesses connues sur AfroWomenPoetry, elle aimerait dire qu’elles doivent garder leur courage pour poursuivre leurs objectifs. “À toutes mes soeurs je dis, que le slam féminin va s’affirmer.

Mes brouillons


Il y a des nuits qui accouchent des jours absents
J’ai traversée des ténèbres qui glacent le sang
Quand la foi attrape un froid
Et que ne tourne plus l’heure
L’espoir est le soleil qui éteint nos peurs et douleurs
 
Je fais partis des milliers de gens qui voudraient croquer la vie à pleine  dent
Mais qui disparaissent en conséquence
En fredonnant à tout moment que la vie n’a pas de sens
Je suis anti pessimiste mais pro vigilance
Alors quoi de plus normal que de saisir ma chance ?
Car la vie je l’ai par la grâce de Dieu, maitre de tout l’univers et miséricordieux
Plus rien ne m’écœure, ma route n’est plus douteuse, sure de mon bouclier j’avance avec confiance et sereine.
Je comble le vide de ma vie et j’embrasse les pieux
J’ai longtemps essuyé mes larmes, aujourd’hui  j’imbibe mes yeux
Longtemps endeuiller je ne me suis jamais senti mieux.
J’avais vu le paradis a quelque mètre, combien on perdu la joie d’être !
Si je te raconte ma vie, le vrai
Tes yeux porteront mes armes mais j’ai tjrs retenues mes larmes.


Il y a des nuits qui accouchent des jours absents
J’ai traversée des ténèbres qui glacent de sang
Quand la foi attrape un froid
Et que ne tourne plus l’heure
L’espoir est le soleil qui éteint nos peurs et douleurs
 
Chaque jour j’écris mes sentiments sur les noirs pages d’émotions
Chaque jour je crie mes châtiments sur des vagues de motions
Ami !même lever de bonnes heures, sache que le soleil brille mais grille aussi
Sourire côtoie pleurs, c’est ainsi !
Mais la joie joue avec la peine avant de la vaincre
Ce n’est pas un texte pour convaincre
Mais moi ! Je meurs la main à la plume
Lorsque la vie noie mes espoirs
Moi ! Je m’évade au clair de lune lorsque le soleil refuse de briller quand je suis dans le noir
Car, j’ai compris que c’est en ce marrant de nos rêve que nous arrivons à éteindre la flamme
Je m’enferme dans l’écriture pour m’ouvrir au bonheur
Moi ! Fragile et Forte
Moi ! Femme

Epiphanie Dionrang – Festival N’Djam s’enflamme en Slam, octobre 2017

NOTES DE TRADUCTION

Il est utile de souligner que dans la langue des artistes en Afrique, soit les Francophones soit les Anglophones, on trouve des « irrégularités » grammaticales obligeant le traducteur à reconnaître la priorité programmatique des dynamiques de l’expression orale et smart sur la précision grammaticale, apparemment secondaire. Il est par exemple possible de trouver dans les textes l’usage de la désinence -er de l’infinitif à la place des formes verbales conjuguées -é, -ée, -és ou -ées).

La traduction doit donc démarrer de cette évidence: la poésie slam n’est pas prisonnière de la grammaire, puisque dans cette forme artistique, par sa nature même, la primauté appartient à l’oralité.

Nous sommes confrontés à des textes où la poésie se nourrit de formes du langage parlé et de la culture smart et où la transcription est donc au service tout d’abord de la voix et de la communication entre un déclamateur et un ou plusieurs auditeurs.

Pareillement il faut considérer les différentes prononciations et les usages locaux du français, qui influencent par conséquent la langue écrite aussi.

Ces considérations sont valables pour la plupart des textes que nous avons traduit aussi bien de l’anglais que du français. Lors de la mise en forme cela nous oblige donc toujours à réfléchir et décider comment citer la version originale, si avec ou sans les « fautes » de grammaire.

Lien à la tradution italienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *