Dévoilement

À vous hommes qui m’avez volé des flots de larmes,
Qui volontairement avez fragmenté mon sourire
En qui mon cœur naïf a une fois cru,
A observer vos manquements sans mots dire encore moins maudire

Qui lentement, m’avez servi cette sauce amère et détestable, baptisée infidélité

Qui avez fait pesé le temps, malgré le beau soleil des midis éclatants

Qui comme des soldats lugubres étiez tout proches, interlocuteurs et pourtant bien loin, l’esprit ailleurs.

A vous, Hommes, présents et à la fois absents, hochant la tête de temps en temps

Ce soir, je souhaite, juste à vos lits le lourd sommeil sans rêves
Que le néant et l’amer ne quittent point vos vies fades

Et d’un seul coup d’orage…

 
Link à la traduction italienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *