Elle était assise

Elle était assise
Vu de dos
L’on dirait
Confortablement

Mais il fallait la regarder de face
Pour voir qu’elle avait pleuré
Que dans son cœur
Une tornade sans nom
Avait arraché
La seule rose du jardin

Elle semblait paisible
Plongée dans un autre monde
Entre des pourquoi
Et des comment

Elle avait été vigilante pourtant
S‘échappant lorsqu‘une âme masculine
S‘approchait de trop près

Mais là cupidon l‘avait piégé
D‘une flèche profondément ancré
Elle se demande
Si l’amour existe vraiment
Là dehors

 
Link à la traduction italienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *